Document sans titre
Document sans titre
Accueil

Annuaire
  Point focaux
  Ports
  Administrations maritimes
  Conseils des chargeurs
  Organismes
  Centres de formation
  Cartographie

Trafic maritime
  Trafic des navires
  Trafic des ports

Etudes statistiques
  Trafic des marchandises (en tonnes)
  Trafic des marchandises (valeurs)
  Trafics des marchandises (pourcentages)
  Trafic des marchandises par régions
  Trafic des marchandises par produits
  Structure des exportations par pays
  Graphes
  Indice des prix
  Investissements étrangers
  Produits intérieur brut
  Passage portuaire

Piraterie
  Centre d’appel
  Tableaux des alertes
  Zones à risques
  Cartographie

Environnement
  Pollution
  Pêche
  Naufrage
  Cartographie

Afrique Maritime magazine

Web TV

Convention et réglementation

Lexique maritime

A propos …
A LA UNE
14 Mars 2019
Auteur Félicienne HOUESSOU
Source https://www.benin24television.com/echanges-commerciaux-70-des-exportations-du-benin-vont-vers-la-cedeao/?fbclid=IwAR0nVg34Cp1Qpg9L005B8X9MuhyqmXBqjrfBqeY8D0Jm2rJN6wXPWUJ8XUM
Pays enregistreur Benin

Echanges commerciaux : 70 % des exportations du Bénin vont vers la CEDEAO

En 2018, 70% des exportations béninoises vers l’Afrique étaient dirigées vers la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cette forte intégration au marché régional repose principalement sur le Nigéria.

Les opportunités commerciales régionales du Bénin ont été réduites depuis 2015 en raison des réformes économiques auNigeria. A savoir : la suppression des subventions du secteur pétrolier et gazier et l’interdiction de la réexportation de riz, de voitures et de vêtements usagés.

Selon le rapport ‘’Perspectives économiques en Afrique 2019’’ de la Banque africaine de développement (BAD), le Bénin est fortement intégré au marchérégional avec 70 % de ses exportations destinées à l’espace CEDEAO (principalement le Nigeria).

Le Bénin étant membre de l’Union africaine, de la CEDEAO et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

«Les bonnes performances de l’agriculture, en particulier du coton (+5,6 %), du secteur industriel (+6,7 %), tiré par les usines d’égrenage(+18 %) et du secteur du bâtiment et travaux publics(+8,5 %) font parties des données macroéconomiques ayant favorisé cette intégration. En 2017, le secteur des services a progressé de 7,5 %grâce au dynamisme des transports, des postes et des télécommunications (+10,6 %), des banques et autres institutions financières (+9,5 %), du commerce et des industries alimentaire et hôtelière (+6,9 %). Du côté de la demande, la croissance a été tirée principalement par laconsommation finale (+3,6 %)», peut-on lire dans ce rapport.

Le montant global des exportations du Bénin en 2017 s’élève à 1022,5 milliards FCFA.

Les principaux produits exportés

«Les exportations de noix de cajou de l’Uemoa ont augmenté de 28,4%, en ressortant à 924,0 milliards en 2017, soit 6,4% des ventes totales de la sous-région. Un an plus tôt, les exportations d’anacarde s’élevaient à 719,7 milliards. Cette évolution s’explique principalement par la hausse des exportations du Bénin, du Burkina, de la Côte d’Ivoire et de la Guinée-Bissau, en ligne avec l’amélioration des cours internationaux (+17,4%) couplée à la hausse du volume exporté. Aussi, les exportations de coton ont augmenté de 21,3% pour ressortir à 862,7 milliards
en 2017. Cette progression est imputable essentiellement à la hausse des cours internationaux, couplée à la progression des volumes exportés notamment au Bénin (+105,7%), en rapport avec les différentes réformes mises en œuvre dans ce secteur», révèle le dernier rapport sur le commerce extérieur de l’UEMOA.

La contribution du Bénin à la croissance des exportations de l’Union est de 8,2% en 2017. Soit une augmentation de 1,8 point. Ce rapport montre que l’exportation du coton a rapporté 233,6 milliards FCFA au pays en 2017. De même, l’arachide a rapporté 0,3 milliards FCFA ; l’anacarde 84,6 milliards FCFA ; Or et métaux précieux 0,1 milliards FCFA ; Produits pétroliers 33,3 milliards FCFA ; Produits de la pêche 0,2 milliards FCFA ; Produits chimiques 4,2 milliards FCFA ; Huile de palme 17,5 milliards FCFA ; Amande de karité et autres oléagineux 63,9 milliards FCFA ; Bois et ouvrages en bois 31 milliards FCFA ; Ananas 1 milliards FCFA ; Oignons 2,1 milliards FCFA ; Ciment et Clinker217,6 milliards FCFA.

D’autre part, l’évolution des exportations de service se présente comme suit :Services 211,89 milliards FCFA ; Transports 92,66 milliards FCFA ; Voyages 71,2 milliards FCFA ; Services de communication 15,9 milliards FCFA ; Services de bâtiment et travaux publics 1,44 milliards FCFA ; Services d’assurances 3,75 milliards FCFA ; Services financiers 5,9 milliards FCFA ; Services d’informatique et d’information 0,94 milliards FCFA…

De bonnes perspectives pour la filière exportation

Le Bénin mène une politique monétaire commune miseen place par la Banque centrale des États de l’Afrique del’Ouest (BCEAO) avec un taux d’inflation qui est passé de 0,1 % en 2017 à1,6 % en 2018, selon les estimations.Bien que le pays soit intégrédans les marchés de capitaux régionaux et accueille des filiales de groupes bancaires régionaux, la libre circulationdes personnes reste entravée par des obstacles non officiels aux frontières, qui augmentent les coûts de transaction.

A la diversité des produits de l’agriculture vivrière s’oppose la faible diversification des cultures de rente. Outre le coton et ses dérivés, certains produits sont exportés dans de faibles proportions notamment l’ananas, le manioc, la noix de cajou et le karité. Le premier produit d’exportation du Bénin est sans nul doute le coton. Sa production a connu une hausse substantielle depuis l’année 2016.

Dans le cadre du Plan stratégique de développement du secteur agricole 2017–2025 et du Plan national d’investissement agricole, de sécurité alimentaire et nutritionnelle 2017–2021, sept pôles de développement agricole ontété créés en 2017.

Ainsi, la stratégie de promotion de plusieurs sous-secteurs (maïs, riz, coton, noix de cajou, manioc et ananas) se poursuit. Compte tenu du poids du coton dans les exportations du Bénin et de sa situation sur le marché mondial, les principaux défis sont la diversificationdes exportations et la modernisation des services commerciauxet des services de commerce et de transport.

Une étude approfondie de l’évolution d’autres filières permettra de mieux orienter la politique de diversification.

Par Félicienne HOUESSOU

 
Document sans titre