Document sans titre
Document sans titre
Accueil

Annuaire
  Point focaux
  Ports
  Administrations maritimes
  Conseils des chargeurs
  Organismes
  Centres de formation
  Cartographie

Trafic maritime
  Trafic des navires
  Trafic des ports

Etudes statistiques
  Trafic des marchandises (en tonnes)
  Trafic des marchandises (valeurs)
  Trafics des marchandises (pourcentages)
  Trafic des marchandises par régions
  Trafic des marchandises par produits
  Structure des exportations par pays
  Graphes
  Indice des prix
  Investissements étrangers
  Produits intérieur brut
  Passage portuaire

Piraterie
  Centre d’appel
  Tableaux des alertes
  Zones à risques
  Cartographie

Environnement
  Pollution
  Pêche
  Naufrage
  Cartographie

Afrique Maritime magazine

Web TV

Convention et réglementation

Lexique maritime

A propos …
ZONES A RISQUES

Les Navigateurs doivent adopter les mesures de sécurité et prendre toutes les mesures de précautions nécessaires lorsqu’ils traversent les zones suivantes:
Nigeria (Lagos): Pirates/voleurs sont souvent bien armés, violents et ont attaqués, détournés et volés des navires/ ont enlevés des équipages le long de la côte, des rivières, de l’ancrage, des ports et des eaux environnantes. Les pirates ont détournés des navires pendant plusieurs jours,  saccagés et pillés l'équipage et les navires, volés sa cargaison, généralement du gaz d'huile. Les membres de l’Équipage ont été blessés et/ou enlevés au cours des attaques. En raison de risque de piraterie, sur toutes les eaux du Nigéria, une vigilance renforcée est de mise à tout moment.

Benin (Cotonou) : Bien que le nombre d'attaques aient considérablement baissé, ces eaux restent une zone à risque. Les attaques passées ont montré que les pirates/voleurs dans cette zone sont bien armés et violents. Dans certains cas, les navires ont signalés que les pirates/voleurs ont tirés sur eux. Les navires ont été détournés pour des directions inconnues. Des cargaisons ont été déclarées volées (gaz d’huile). Les membres de l’équipage ont été blessés pendant certains de ces attaques.
Les patrouilles conjointes des autorités du  Bénin et du Nigéria ont entraîné une baisse du nombre d’attaques. Cependant, les navires sont avisés de demeurer vigilants et strict en matière de lutte contre la piraterie.

Togo (Lomé) : Même si les attaques signalées ont diminués, ces eaux demeure une zone à risque. Les pirates/voleurs dans cette zone sont bien armés, violents et dangereux. Les attaques se sont produites en ancrages ainsi qu’en off shore et généralement de nuit.

Côte d’Ivoire (Abidjan) : les attaques ont diminuées, mais ces eaux restent une zone à risque.

Congo (Pointe-Noire)

Egypte: attaques signalées à Suez et Alexandrie ancrages. Pas d'attaques récentes, mais les navires sont invités à rester vigilants.

Red Sea / golfe d'Aden / Somalie / mer d'Oman / Océan Indien: Attaques liées à des pirates somaliens ont réduit. Cependant, le risque d'être approché ou attaqué existe toujours. Les navires sont invités et encouragés à rester vigilants et à se conformer à toutes les procédures de BMP4. La menace de ces attaques existent encore dans les eaux au large de la mer Rouge sud / Bab el Mandeb, golfe d'Aden, y compris le Yémen et la côte nord de la Somalie, de la mer d'Arabie / au large d'Oman, le golfe d'Oman et au large de la côte somalienne orientale et australe. Dans les vaisseaux dernières ont été attaqués au large du Kenya, de la Tanzanie, les Seychelles, Madagascar, le Mozambique ainsi que dans l'océan Indien et au large des côtes ouest et sud de l'Inde et les Maldives à l'ouest. Des incidents ont également été signalés à proximité des côtes de l'Afrique orientale.

Les pirates somaliens ont tendance à être bien armés avec des armes automatiques et des RPG et parfois utiliser skiffs lancés à partir de navires-mères, qui peut être détourné des bateaux de pêche ou boutres, de mener des attaques loin de la côte somalienne. Les capitaines et propriétaires de navires sont encouragés à suivre les dernières procédures BMP et veiller à ce que le navire est durci avant d'entrer dans la zone à haut risque. Bien transitant par ces eaux, il est essentiel de maintenir une veille visuelle et radar 24 heures. Les premières observations / détection permettent une évaluation précise, en gardant à l'esprit les avertissements et les alertes pour le centre, les Masters et PCASP à prendre des décisions éclairées pour maintenir à l'écart des petits bateaux, des boutres, les navires de pêche et si échéant, prendre des mesures d'évitement, d'augmenter la vitesse, demander de l'aide au besoin.

Il est rappelé aux maîtres que les pêcheurs de cette région peuvent essayer de protéger leurs filets en essayant d'aborder agressivement navires marchands. Certains pêcheurs peuvent être armés pour protéger leurs prises et ils ne doivent pas être confondus avec des pirates.


 
Document sans titre