Document sans titre
Document sans titre
Accueil

Annuaire
  Point focaux
  Ports
  Administrations maritimes
  Conseils des chargeurs
  Organismes
  Centres de formation
  Cartographie

Trafic maritime
  Trafic des navires
  Trafic des ports

Etudes statistiques
  Trafic des marchandises (en tonnes)
  Trafic des marchandises (valeurs)
  Trafics des marchandises (pourcentages)
  Trafic des marchandises par régions
  Trafic des marchandises par produits
  Structure des exportations par pays
  Graphes
  Indice des prix
  Investissements étrangers
  Produits intérieur brut
  Passage portuaire

Piraterie
  Centre d’appel
  Tableaux des alertes
  Zones à risques
  Cartographie

Environnement
  Pollution
  Pêche
  Naufrage
  Cartographie

Afrique Maritime magazine

Web TV

Convention et réglementation

Lexique maritime

A propos …
A LA UNE
25 Avril 2019
Auteur Laurent Essolomwa/Le Courrier de Kinshasa
Source https://digitalcongo.net/article/5cbf40b028a8ce0004f5ffc2/?fbclid=IwAR1QTA7GO_lMWyA-FVzrgAAI0uoCy8F3_4NrqjylpNwIsSl6mguW88MVklw
Pays enregistreur RDC

Import-export : une solution temporaire en l’absence du port de Banana

Le vaste ouvrage encore en construction contraint les autorités du pays à réfléchir sur une alternative crédible pour maintenir, voire booster les activités de transport entre le territoire congolais et l’extérieur.

Parmi les solutions à envisager, l’achat d’une drague pour mener des travaux de dragage du bief maritime entre Boma et Matadi. Les armateurs congolais continuent de considérer le bief maritime comme « une zone à hauts risques ».

En effet, tel que l’explique un expert, les navires de haute mer en provenance de l’Europe et d’ailleurs, transportant des marchandises à destination de la République démocratique du Congo (RDC), avaient pris l’habitude d’accoster au port de Pointe-Noire depuis 1988.

Pour cause : la faible calaison entre le port de Matadi et l’Océan Atlantique obligeait les opérateurs économiques à recourir systématique à des petits bateaux qui effectuaient des rotations régulières entre les villes portuaires de Pointe-Noire et de Matadi.

A une certaine époque, l’on se rappelle de l’appel des autorités portuaires pour une accélération des rotations pour désengorger le port de Pointe-Noire. En accélérant la vitesse de rotation, il était possible à la fois de désengorger le port et de tirer davantage de dividendes de l’augmentation de l’activité.

Entre-temps, un grand débat a refait surface en RDC : le port en eau profonde de Banana. La construction d’une route reliant Pointe-Noire et Brazzaville, au Congo, a fait bondir quelques notables Ne Kongo. Avec le projet de lier par route et par rail les villes de Kinshasa et de Brazzaville, le Kongo central allait perdre à coup sûr un marché qui l’a propulsé parmi les provinces les plus riches du pays.

Cet important et coûteux ouvrage représentait d’abord la survie des ports de Boma et Matadi, voire de l’économie tout entière. Mais Pointe-Noire a fini par s’imposer comme un « avant-port » pour Boma et Matadi, note l’expert. Bien entendu, les conséquences financières sont terribles pour ces deux principaux ports du pays, ajoute-t-il.

Selon une source portuaire, au moins 70 % des échanges commerciaux de la RDC transitent par Matadi via Pointe-Noire. Du côté congolais, l’heure n’est plus au questionnement sur les raisons profondes d’une telle dépendance d'un port étranger. La construction du port en eau profonde de Banana semble être la piste la plus intéressante pour faire revenir la RDC dans le jeu. Mais les travaux n’ont débuté finalement que l’année dernière et il faut compter au moins un certain temps avant le lancement officiel du port qui permettra au pays d’exploiter enfin son seul accès à la mer.

En l'absence d'un port en eau profonde, l’expert demande au president Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo d’acheter une drague à élinde trainante à pelle hydraulique au profit de la Compagnie des voies maritimes. Cette solution temporaire coûtera entre quatre-vingt-dix et cent millions de dollars américains.

Sur le terrain, il s’agira de mener des travaux de dragage du bief maritime entre Boma et Matadi. Dans les années 1979, une drague de régie publique travaillait sur le fleuve entre 6 et 18 h sur une soixantaine de kilomètres.

Il était possible de maintenir le tirant d’eau de 7 à 10 m. Le dragage est donc à relancer pour améliorer la navigabilité sur le fleuve Congo.

 
Document sans titre