Document sans titre
Document sans titre
Accueil

Annuaire
  Point focaux
  Ports
  Administrations maritimes
  Conseils des chargeurs
  Organismes
  Centres de formation
  Cartographie

Trafic maritime
  Trafic des navires
  Trafic des ports

Etudes statistiques
  Trafic des marchandises (en tonnes)
  Trafic des marchandises (valeurs)
  Trafics des marchandises (pourcentages)
  Trafic des marchandises par régions
  Trafic des marchandises par produits
  Structure des exportations par pays
  Graphes
  Indice des prix
  Investissements étrangers
  Produits intérieur brut
  Passage portuaire

Piraterie
  Centre d’appel
  Tableaux des alertes
  Zones à risques
  Cartographie

Environnement
  Pollution
  Pêche
  Naufrage
  Cartographie

Afrique Maritime magazine

Web TV

Convention et réglementation

Lexique maritime

A propos …
A LA UNE
04/02/2020
Auteur Arnaud Houssou
Source https://www.7info.ci/le-nouveau-terminal-cerealier-du-port-autonome-dabidjan-livre-debut-2021/
Pays enregistreur COTE D'IVOIRE

LE NOUVEAU TERMINAL CÉRÉALIER DU PORT AUTONOME D’ABIDJAN LIVRÉ DÉBUT 2021

Ce terminal dont l’inauguration est prévue au premier trimestre 2021, aura la capacité d’accueillir des navires transportant 40.000 à 50.000 tonnes de vracs alimentaires, contre 30.000 actuellement, 700 ml de quai en palplanches tubulaires dont 450 ml à 14 m de tirant d’eau et 250 ml à 13 m de tirant d’eau, 310 m de quais avec 10 m.

D’un coût total de 59.967.439.697 FCFA, la construction du nouveau terminal céréalier sera financée en grande partie (58.366.530.000 FCFA) par la coopération japonaise, JICA (Agence Japonaise de Coopération Internationale), et le PAA (1.600.909.697 FCFA).

» Ce sont environ 55 milliards de FCFA qui ont été alloués par mon pays à des conditions très concessionnelles pour le financement de ce projet. La construction du terminal céréalier induira l’augmentation de la quantité de céréales à manutentionner et le renforcement des capacités du PAA dont la nécessité d’extension est devenue urgente et indispensable », a expliqué Kuramitsu Hideaki, Ambassadeur du Japon en Côte d’Ivoire.

Pour accélérer les travaux de construction dudit terminal, le pays du Soleil levant a décidé de mettre à la disposition de la Côte d’Ivoire, sa technologie en matière de construction maritime.

»Pour les travaux de construction, la méthode des palplanches en acier, qui est la technologie japonaise d’infrastructure de haute qualité sera mise à profit pour raccourcir la période et réduire les coûts de construction », a indiqué le diplomate.


Premier port de la côte ouest-africaine de l’océan atlantique en termes de volume de marchandise (25,8), le PAA alimente les pays de l’hinterland (Niger, Burkina-Faso, Mali) dont la demande de marchandises ne cesse de croître au fil des années.

Pour le Directeur général du PAA, Hien Sié, l’enjeu de la construction de ce terminal est de faire face aux besoins croissants des populations en matière de produits de première nécessité.

»En outre, la réalisation d’un terminal céréalier au sein du port revêt un enjeu de sécurité alimentaire, dans la mesure où les céréales constituent pour les populations ivoiriennes et pour celles de toute la sous-région, des produits de première nécessité, dont les besoins augmentent naturellement avec la croissance démographique et la croissance économique », a-t-il soutenu.

 
Document sans titre