Document sans titre
Document sans titre
Accueil

Annuaire
  Point focaux
  Ports
  Administrations maritimes
  Conseils des chargeurs
  Organismes
  Centres de formation
  Cartographie

Trafic maritime
  Trafic des navires
  Trafic des ports

Etudes statistiques
  Trafic des marchandises (en tonnes)
  Trafic des marchandises (valeurs)
  Trafics des marchandises (pourcentages)
  Trafic des marchandises par régions
  Trafic des marchandises par produits
  Structure des exportations par pays
  Graphes
  Indice des prix
  Investissements étrangers
  Produits intérieur brut
  Passage portuaire

Piraterie
  Centre d’appel
  Tableaux des alertes
  Zones à risques
  Cartographie

Environnement
  Pollution
  Pêche
  Naufrage
  Cartographie

Afrique Maritime magazine

Web TV

Convention et réglementation

Lexique maritime

A propos …
A LA UNE
6/5/2020
Auteur PAR O. Ndidi, Abuja
Source https://www.lespharaons.com/piraterie-maritime-les-details-de-loperation-de-sauvetage-du-mv-tommi-ritscher/
Pays enregistreur

PIRATERIE MARITIME. LES DÉTAILS DE L’OPÉRATION DE SAUVETAGE DU MV TOMMI RITSCHER

Le navire, selon une déclaration du coordinateur des opérations de défense des médias, le général de division John Enenche, a été attaqué par des pirates dans la zone 3 d’Anchorage dans les eaux de Cotonou.
Selon le communiqué, à bord du navire se trouvaient 19 membres d’équipage, dont des ressortissants ukrainiens, bulgares et philippins.

Huit des membres d’équipage étaient cependant portés disparus.

La déclaration se lit comme suit: «Une opération navale combinée sous les auspices de la zone maritime E de la CEDEAO (Nigéria, République du Bénin, Togo et Gendarmerie de la République du Niger) impliquant des agents du Service spécial de bateaux de la marine nigériane (NN SBS) et la marine du Bénin a conduit à la sauvetage de 11 hommes d’équipage à bord d’un porte-conteneurs battant pavillon portugais, le MV TOMMI RITSCHER dans les eaux territoriales du Bénin.

“Le navire aurait été attaqué par un nombre inconnu de tireurs au mouillage de la zone 3 dans les eaux de Cotonou vers 23 heures le 18 avril. Au moment de l’attaque, il y avait 19 membres d’équipage comprenant des Ukrainiens, des Bulgares et des Philippins”.

Il a ajouté que «suite à l’attaque des pirates, la marine nigériane (NN) a reçu une demande d’assistance de la marine du Bénin dans le cadre du protocole d’accord (MoU) de la zone E de la CEDEAO. Par conséquent, le navire de la marine nigériane (NNS) OSE a embarqué 10 NN SBS et se sont rendus dans la zone de l’objectif. Le NNS OSE et l’équipe d’embarquement du SBS sont arrivés dans la zone d’objectif le 19 avril 20 pour rejoindre deux autres navires (P110 QUEME et ZOU) de la marine béninoise déjà dans la zone. Par conséquent, NNS OSE et les 2 autres bateaux de patrouille de la marine béninoise ont adopté un plan de patrouille autour du MV TOMMI RITSCHER dans la nuit du 19 avril 20 pour garantir que les pirates, s’ils étaient encore à bord, n’auraient pas de place pour s’échapper.
«En conséquence, après les briefings nécessaires, les opérations d’embarquement ont commencé vers 17 h 30 le 20 avril, avec les éléments NN SBS en tête. Après l’embarquement réussi du navire, qui devait finalement être sans opposition. 11 membres d’équipage ont été sauvés de différentes parties du navire.

«Cependant, huit membres d’équipage du navire et les pirates n’ont pas pu être localisés à bord du navire. Le SBS est resté à bord pour assurer la sécurité du navire et de l’équipage. Le MV TOMMI RITSCHER s’est rendu au port de Cotonou pour une recherche plus complète du navire le 21 avril 20.

«L’équipe a été reçue par le chef d’état-major de la marine (CNS) de la marine du Bénin ainsi que l’attaché de défense et l’attaché de défense adjoint de l’ambassade du Nigéria à Cotonou. Le CNS du Bénin s’est adressé à la compagnie du navire NNS OSE et à l’équipe NN SBS et leur a remis une lettre de félicitations pour un travail bien fait ».

Le communiqué ajoute: «On peut rappeler qu’en 2013, les chefs d’État et de gouvernement du Golfe de Guinée se sont réunis à Yaoundé, au Cameroun, pour adopter la Déclaration de Yaoundé sur la sécurité du golfe de Guinée. Deux résolutions clés contenues dans la Déclaration portent sur la création d’un Centre de coordination interrégional sur la sécurité et la sûreté maritimes pour l’Afrique centrale et occidentale, dont le siège sera à Yaoundé, et la mise en œuvre d’un nouveau Code de conduite concernant la prévention et la répression des Piraterie, vol à main armée contre des navires et activités maritimes illégales en Afrique de l’Ouest et du Centre ».

«Cette déclaration a également ouvert la voie à la création et à l’organisation de marines du golfe de Guinée en zones maritimes. Le Nigeria, la République du Bénin, le Togo et la gendarmerie de la République du Niger forment la zone maritime E de la CEDEAO en vertu de la Déclaration de Yaoundé. C’est dans ce contexte que l’exploit réalisé par les marines de la République du Nigéria et du Bénin représente une étape concrète vers l’opérationnalisation du cadre de la zone maritime E de la CEDEAO »

 
Document sans titre