Document sans titre
Document sans titre
Accueil

Annuaire
  Point focaux
  Ports
  Administrations maritimes
  Conseils des chargeurs
  Organismes
  Centres de formation
  Cartographie

Trafic maritime
  Trafic des navires
  Trafic des ports

Etudes statistiques
  Trafic des marchandises (en tonnes)
  Trafic des marchandises (valeurs)
  Trafics des marchandises (pourcentages)
  Trafic des marchandises par régions
  Trafic des marchandises par produits
  Structure des exportations par pays
  Graphes
  Indice des prix
  Investissements étrangers
  Produits intérieur brut
  Passage portuaire

Piraterie
  Centre d’appel
  Tableaux des alertes
  Zones à risques
  Cartographie

Environnement
  Pollution
  Pêche
  Naufrage
  Cartographie

Afrique Maritime magazine

Web TV

Convention et réglementation

Lexique maritime

A propos …
A LA UNE
29/06/2020
Auteur
Source https://directinfosgabon.com/oprag-la-strategie-dapollinaire-allassa-pour-redynamiser-les-ports-du-gabon/?fbclid=IwAR1wDiC0MSM7TUgk7mYG5WcyMN7TjDkiM3Ptw3CKLu0oOQYztUmUJHq3KPg
Pays enregistreur GABON

Oprag : La stratégie d’Apollinaire Allassa pour redynamiser les ports du Gabon

Après un état de lieux exhaustif marqué par le constat d’un ensemble de manquements, Appolinaire Alassa, a élaboré un programme de densification de l’activité des différents ports du pays en misant sur des infrastructures grâce à des investissements en partenariats publics privés (PPP).

« Dès mon arrivée, nous avons dressé un état de lieux de l’Oprag. J’ai constaté qu’il était nécessaire d’optimiser notre outil de production afin de le remettre en bon état. Au niveau de Port-Gentil, cet outil n’existe pratiquement plus en partie à cause des effets dévastateurs provoqués par la baisse de l’activité pétrolière.

A Libreville, la situation exige des efforts, ce qui constitue à mon humble avis, un défi de taille pour une autorité portuaire nationale qui souhaite s’affirmer dans le concert des ports internationaux.

En gros, je me suis fait une idée sur l’outil de production, ainsi que sur la motivation des ressources humaines, en regardant le cadre dans lequel elles évoluent. Le constat qui se dégage est qu’il faut faire avec la rationalisation de l’existant, avant de songer à aller de l’avant », a indiqué le Directeur général de l’Oprag.

Selon Appolinaire Alassa, il est donc impératif de remettre en état tout l’outil de production mais également de remobiliser tout le personnel dans un projet commun.

Vision * Cette nouvelle vision repose sur deux axes, dont le premier est la nécessité de mettre un accent sur la maintenance, la valorisation du cadre organisationnel du travail, la motivation des ressources humaines. Et le second axe sur l’investissement, l’amélioration des conditions actuelles et l’arrimage aux exigences internationales, par rapport aux autres pays.

« Au niveau administratif et du personnel, il faut améliorer les conditions organisationnelles et professionnelles des agents à travers la formation, leur environnement, les bureaux et autres conditions de travail. Et c’est ce qui se fait, même s’il faut l’avouer, nous avons quelque peu été freinés sur le plan organisationnel par la crise du Covid-19. Sans cette situation, nous serions certainement en plein dans une gestion prévisionnelle des emplois, recrutement et carrières ; sans oublier la formation dans des domaines très pointus, même si nous avons déjà commencé en ce qui concerne le cœur de notre métier, au niveau de la capitainerie », a-t-il poursuivi.

En ce qui concerne le domaine technique, il s’agit de l’investissement. En effet, actuellement, l’Oprag ne dispose pas d’une capacité d’autofinancement pour investir.

« Pour contourner cette difficulté, nous allons agir au moyen des Partenariats-publics-privés (PPP). A cet effet, nous avons mobilisé nos équipes techniques pour rechercher d’éventuels partenaires qui peuvent nous aider. Et d’ailleurs, certains opérateurs portuaires nous sollicitent déjà pour investir dans certains domaines », a souligné Apollinaire Alassa.

 
Document sans titre