Document sans titre
Document sans titre
Accueil

Annuaire
  Point focaux
  Ports
  Administrations maritimes
  Conseils des chargeurs
  Organismes
  Centres de formation
  Cartographie

Trafic maritime
  Trafic des navires
  Trafic des ports

Etudes statistiques
  Trafic des marchandises (en tonnes)
  Trafic des marchandises (valeurs)
  Trafics des marchandises (pourcentages)
  Trafic des marchandises par régions
  Trafic des marchandises par produits
  Structure des exportations par pays
  Graphes
  Indice des prix
  Investissements étrangers
  Produits intérieur brut
  Passage portuaire

Piraterie
  Centre d’appel
  Tableaux des alertes
  Zones à risques
  Cartographie

Environnement
  Pollution
  Pêche
  Naufrage
  Cartographie

Afrique Maritime magazine

Web TV

Convention et réglementation

Lexique maritime

A propos …
A LA UNE
21 octobre 2018 15:14
Auteur
Source https://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Enqu-te-ouverte-contre-des-pirates-africains-15296449
Pays enregistreur Nigeria

Attaque d'un navire suisse: les pirates poursuivis

«En se basant sur le principe du pavillon et sur les bases légales existantes, le Ministère public de Bâle-Ville a ouvert une procédure préliminaire pour prise d'otages, un procédé courant dans de tels cas», a expliqué à Keystone-ATS le commissaire de police judiciaire René Gsell, confirmant une information du SonntagsBlick.

On a appris l'enlèvement fin septembre, à la suite de quoi la procédure préliminaire a été ouverte. M. Gsell n'a pas donné d'indications sur l'état de l'enquête en raison de la procédure en cours.

Etant donné que la prise d'otages est un délit qui a eu lieu à bord d'un navire suisse, le principe du pavillon s'applique. Le «Glarus» se trouve sous juridiction helvétique. Cela signifie qu'un délit commis à son bord est considéré comme un délit commis en Suisse. C'est le Ministère public bâlois qui s'est saisi du dossier, car c'est à Bâle que se trouve le port d'attache de tous les navires suisses de haute mer.

Rançon demandée

Sept Philippins, un Croate, un Bosnien, un Slovène, un Ukrainien et un Roumain figurent parmi les otages retenus captifs depuis un mois. Aucun d'entre eux n'est de nationalité suisse. Les pirates exigent une rançon. Selon le SonntagsBlick, qui fait référence à des sources gouvernementales nigérianes, son montant fait l'objet de négociations. Du côté du Nigéria, on s'attend à une libération rapide des otages.

Les membres de l'équipage sont retenus captifs tous ensemble et ils se portent aussi bien que possible au vu des circonstances, a indiqué au SonntagsBlick un porte-parole de Massoel Shipping à Genève, compagnie propriétaire du «Glarus». Les gouvernements des marins enlevés sont impliqués.

Etant donné qu'aucun citoyen suisse n'est concerné, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) n'accorde aucune protection consulaire. Selon le SonntagsBlick, le DFAE ne soutient pas non plus financièrement la compagnie touchée.

Des céréales à bord

Le «Glarus» a été attaqué le 22 septembre à 45 milles nautiques au sud de Bonny Island. Selon la compagnie maritime, le navire transportait des céréales de Lagos vers Port Harcourt.

Les pirates sont montés à bord à l'aide d'échelles et ont coupé les barbelés de protection. Après avoir détruit une grande partie de l'équipement de communication sur le navire, le groupe a enlevé 12 des 19 membres de l'équipage.

Selon le SonntagsBlick, les pirates appartiendraient au Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (MEND). Ce groupe rebelle se bat pour que la population du delta, région riche en matières premières, reçoive une plus grande part des revenus issus du gaz et du pétrole.

Selon l'article, les rebelles auraient déjà enlevé un cargo néerlandais au début de l'année. L'équipage du «Forest Wave» était alors resté trente jours en captivité avant d'être libéré.

 
Document sans titre