Document sans titre
Document sans titre
Accueil

Annuaire
  Point focaux
  Ports
  Administrations maritimes
  Conseils des chargeurs
  Organismes
  Centres de formation
  Cartographie

Trafic maritime
  Trafic des navires
  Trafic des ports

Etudes statistiques
  Trafic des marchandises (en tonnes)
  Trafic des marchandises (valeurs)
  Trafics des marchandises (pourcentages)
  Trafic des marchandises par régions
  Trafic des marchandises par produits
  Structure des exportations par pays
  Graphes
  Indice des prix
  Investissements étrangers
  Produits intérieur brut
  Passage portuaire

Piraterie
  Centre d’appel
  Tableaux des alertes
  Zones à risques
  Cartographie

Environnement
  Pollution
  Pêche
  Naufrage
  Cartographie

Afrique Maritime magazine

Web TV

Convention et réglementation

Lexique maritime

A propos …
ENVIRONNEMENT
le 17-07-2018
 
Source https://www.moniteurautomobile.be/actu-auto/environnement/petrole-toxique-envoye-afrique.html
 

Du pétrole toxique envoyé en Afrique

Une institution officielle néerlandaise, l’ILT, a enquêté sur la qualité des carburantes envoyés en Afrique via les ports des Pays-Bas. Les résultats sont accablants et inquiétants : ce pétrole est toxique.

Les pétroliers envoient du carburant frelaté vers les pays d’Afrique depuis les ports néerlandais. Ces carburants de moins bonne qualité sont même toxiques car mélangés à des substances hautement cancérigènes. Ainsi, ils comprennent du manganèse, du soufre, du benzène et des produits pétrochimiques non autorisés un peu partout sur la planète. C’est la conclusion inquiétante de l’ILT (Inspectie Leefomgeving en Transport), l’Inspection pour l’environnement humain et les transports des Pays-Bas. Cette agence officielle, dépendant du Ministère des Transports, a analysé, en 2017, les cargaisons de 44 pétroliers à destination de l’Afrique de l’Ouest. Les enquêteurs néerlandais ont découvert que l’essence et le Diesel envoyé en Afrique, depuis les ports d’Amsterdam et Rotterdam, ont une teneur en soufre « 300 fois supérieure aux standards européens ».

Qualité africaine
Cette enquête pointe à la fois la responsabilité des groupes comme Total ou Shell et des négoces pétroliers ainsi que celle des ports néerlandais. Car c’est de chez nos voisins que part 50 % du pétrole à destination de l’Afrique de l’Ouest. La police néerlandaise de l’environnement compte bien demander des comptes auprès des sociétés sur son territoire. Mais la lutte contre la « qualité africaine » devra passer par une collaboration internationale. Celle de la Suisse, notamment, où siègent les principaux négociants. Bannir ce pétrole de moindre qualité s’avère d’autant plus complexe que le mélange est parfois effectué aux larges des côtes africaines. Impossible dès lors de contrôler la qualité au départ en Europe.

Réaction du Ghana
Toutefois, certains pays africains se décident de renforcer leurs normes. En tête de pont, le Ghana impose désormais une teneur en soufre de 50 mpp contre 3000 auparavant (et 10 mpp en Europe). Ce pays (producteur de pétrole) a simplement décidé de suivre les recommandations du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Pour y arriver, il doit cependant faire importer du pétrole pour le mélanger à celui de sa propre production car sa raffinerie locale n’a pas encore la capacité de produire du carburant à faible teneur en soufre. S’ils arrivent à se défaire des pressions des lobbies et des menaces de hausse de prix, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Nigéria ou le Togo pourraient suivre la voie tracée par le Ghana.

Rédigé par Olivier Duquesne



 
Document sans titre