Document sans titre
Document sans titre
Accueil

Annuaire
  Point focaux
  Ports
  Administrations maritimes
  Conseils des chargeurs
  Organismes
  Centres de formation
  Cartographie

Trafic maritime
  Trafic des navires
  Trafic des ports

Etudes statistiques
  Trafic des marchandises (en tonnes)
  Trafic des marchandises (valeurs)
  Trafics des marchandises (pourcentages)
  Trafic des marchandises par régions
  Trafic des marchandises par produits
  Structure des exportations par pays
  Graphes
  Indice des prix
  Investissements étrangers
  Produits intérieur brut
  Passage portuaire

Piraterie
  Centre d’appel
  Tableaux des alertes
  Zones à risques
  Cartographie

Environnement
  Pollution
  Pêche
  Naufrage
  Cartographie

Afrique Maritime magazine

Web TV

Convention et réglementation

Lexique maritime

A propos …
ENVIRONNEMENT
07 Mars 2019
 
Source https://www.notre-planete.info/actualites/348-pollution-plastique-responsables-solutions?fbclid=IwAR3Zj0HurWvPt-4eqRCFY95ZkDh9uN8CmvaExg118MlPCgPlbVlrBkm2bu8
 

Pollution plastique planétaire : quelles responsabilités et solutions ?

D'ici 2030, la production mondiale de déchets plastiques pourrait augmenter de 41 % et la quantité accumulée dans l'océan pourrait doubler. En cause, notre système de production, d'utilisation et d'élimination du plastique, système défaillant dans lequel aucun acteur n'est tenu pour responsable. Dans son dernier rapport "Pollution plastique, à qui la faute ?", le WWF tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme et formule des propositions pour sortir de cette crise mondiale.

Selon une étude publiée en 2017, l'ensemble de la pollution de la surface des océans est évaluée à 5 250 milliards de particules, soit 269 000 tonnes de plastique. 90 % de la pollution plastique est constituée de microplastiques quasi invisibles à l'oeil nu et qui ne peuvent être collectés ; ils finissent par se répandre dans tous les océans et contaminent l'ensemble de la chaîne alimentaire, y compris nous.

Une pollution plastique généralisée et incontrôlable
Le rapport du WWF est accablant : plus de 310 millions de tonnes de déchets plastiques ont été générées en 2016, dont un tiers se sont retrouvés dans la nature. Au final, 8 millions de tonnes finissent dans les océans chaque année, à ce rythme, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans dans seulement 30 ans.

Les conséquences sont dramatiques pour

l'environnement : biodiversité marine affectée par la présence de macro et microplastiques provoquant notamment des échouages de cachalots. Pollution généralisée des sols, des rivières, étouffement des coraux... A ce jour, plus de 270 espèces ont été victimes d'enchevêtrement et plus de 240 ont ingéré du plastique.
notre santé : au final nous ingérons également des microplastiques, invisibles à l'oeil nu mais qui sont notamment présents dans les poissons et l'eau potable. L'incinération des déchets plastique contamine notre air.
l'économie avec un impact sur les océans évalué à 8 milliards de dollars par an par l'ONU Environnement, notamment en raison des conséquences négatives pour les secteurs de la pêche, du commerce maritime et du tourisme.

Selon le rapport du WWF, si rien n'est fait, la production mondiale de déchets plastiques pourrait augmenter de 41 % d'ici 2030 et la quantité accumulée dans l'océan pourrait doubler d'ici 2030 et atteindre 300 millions de tonnes. Les émissions de CO2 résultant du cycle de vie du plastique devraient augmenter de 50% tandis que celles issues de l'incinération de plastiques devraient tripler d'ici 2030.
Pourquoi nos écosystèmes sont pollués par le plastique ?
Nous pouvons tous le constater, que ce soit en tant que touristes dans des sites qualifiés de paradisiaques, dans les grandes villes et jusque dans nos jardins et campagnes, il y a des déchets plastique partout. "C'est en jardinant que je me suis aussi rendu compte de l'ampleur de la pollution plastique : je retrouve maintenant régulièrement des morceaux de plastique, plus ou moins gros, dans la terre. C'est incroyable de constater que même les sols que nous cultivons sont souillés.", s'indigne Christophe Magdelaine, fondateur du média notre-planete.info.

Sur le même sujet :
Pollutions plastiques : comment notre société alimente le « 7ème continent » et transforme ses propres territoires en « poubelles »
La Méditerranée : l'une des mers les plus polluées au monde par les plastiques
Plastic Odyssey : un tour du monde avec un bateau qui transforme les déchets en carburant
Les barquettes alimentaires en plastique bientôt remplacées par leur équivalent biodégradable ?
Selon une analyse publiée dans Environ. Sci. Technol., seulement 10 grands systèmes hydrographiques dans le monde contribuent à 90 % de la pollution plastique qui contamine les océans.
Huit sont en Asie : Yangtze ; Indus ; Yellow ; Hai He ; Ganges ; Pearl ; Amur ; Mekong et deux en Afrique : Nil et Niger.

Le Dr. Christian Schmidt, auteur de cette étude réalisée via le Centre Helmholtz pour la recherche environnementale, précise que la quantité de plastique par mètre cube d'eau est significativement plus importante dans les rivières plus larges que dans les plus petites, principalement parce que les populations se concentrent le long des grands fleuves.

"En cause, un système défaillant, où le coût de la pollution plastique n'est pas supporté par les acteurs qui tirent profit de sa production et de son utilisation. Ainsi, il est moins coûteux de rejeter les déchets dans la nature que de gérer leur fin de vie. Cette absence de responsabilité a conduit à la situation actuelle de production insoutenable et de pollution croissante", indique le rapport. C'est aussi aux consommateurs d'être vigilants sur leurs achats en privilégiant le local et le vrac.

Les pays à revenu élevé ont une part de responsabilité considérable dans cette crise mondiale : ils produisent 10 fois plus de déchets par personne que les pays à faible revenu et exportent entre 10 et 25 % de ces déchets. La France fait partie des plus gros consommateurs de matières plastiques et est l'un des pires élèves européens en matière de recyclage du plastique (seulement 21 % du plastique est recyclé).

Zéro plastique en 2030 : un scénario possible pour le WWF
Le rapport du WWF n'est pas seulement une énième alerte, mais se veut constructif et propose de grandes orientations pour mettre fin à la pollution plastique dans la nature en 2030. Cela passe notamment par : la réduction de 28 % de la production de plastique par rapport à 2016, l'élimination progressive du plastique à usage unique, la collecte de 100% de nos déchets et le recyclage de 60% des déchets collectés.

Le plastique à usage unique, souvent appelé plastique jetable, est couramment utilisé pour les emballages en plastique et comprend des articles destinés à être utilisés une seule fois avant d'être jetés ou recyclés. Cela inclut, entre autres, des sacs d'épicerie, des emballages alimentaires, des bouteilles, des pailles, des récipients, des tasses et des couverts. Leur durée de vie est, dans la plupart des cas, inférieure à un an et, dans tous les cas, inférieure à trois ans.

Le rapport du WWF détaille le chemin à suivre pour mettre fin à la pollution plastique dans la nature en 2030. Le réemploi, l'élimination des additifs toxiques qui freinent le recyclage ou encore la recherche d'alternatives durables, comme le les barquettes fabriquées à partir de fibres de cellulose.
Un exemple en France : la marque Rainett qui commercialise des produits d'entretien ménagers est la seule en France à intégrer 100% de plastique recyclé dans tous ses emballages en PET clairs – et ce, depuis fin 2015. Il s'agit d'un véritable choix d'entreprise puisque le PET recyclé est en moyenne 30 % plus cher que le PET vierge. L'ensemble de ces contenants sont également 100% recyclables afin qu'ils puissent rejoindre une nouvelle filière de recyclage dès leur fin de vie ; et donc agir en circuit fermé. Aux consommateurs de soutenir de telles initiatives.

Le gouvernement français s'est engagé le 23 avril 2018, à "tendre vers le 100 % plastique recyclé en 2025", dans le cadre du développement d'une économie 100% circulaire. Restons prudents car les annonces des politiques se concrétisent rarement.

Ces pistes d'améliorations ne doivent pas mener à un optimisme béat qui se solde par des mesures plus symboliques qu'efficaces voire à l'inaction. Aujourd'hui, la pollution plastique est telle qu'il est devenu impossible de nettoyer nos océans des microplastiques qui forment les "continents de déchets". Autrement dit, nous devons vivre avec cette pollution et tout faire pour éviter de l'accroître.



 
Document sans titre