Document sans titre
Document sans titre
Accueil

Annuaire
  Point focaux
  Ports
  Administrations maritimes
  Conseils des chargeurs
  Organismes
  Centres de formation
  Cartographie

Trafic maritime
  Trafic des navires
  Trafic des ports

Etudes statistiques
  Trafic des marchandises (en tonnes)
  Trafic des marchandises (valeurs)
  Trafics des marchandises (pourcentages)
  Trafic des marchandises par régions
  Trafic des marchandises par produits
  Structure des exportations par pays
  Graphes
  Indice des prix
  Investissements étrangers
  Produits intérieur brut
  Passage portuaire

Piraterie
  Centre d’appel
  Tableaux des alertes
  Zones à risques
  Cartographie

Environnement
  Pollution
  Pêche
  Naufrage
  Cartographie

Afrique Maritime magazine

Web TV

Convention et réglementation

Lexique maritime

A propos …
ENVIRONNEMENT
1 Juin 18 à 16:01
 
Source https://actu.fr/pays-de-la-loire/pouliguen_44135/le-manta-futur-bateau-collecteur-dechets-mer_17069985.html
 

Le Manta, futur bateau collecteur de déchets en mer

Dans le cadre des Nautiques Le Pouliguen La Baule, l’association organisatrice Hélia nautisme et environnement propose jusqu’à ce dimanche 3 juin, salle Baudry au Pouliguen, l’exposition « Mer et littoral ».

Cette dernière permet, entre autres, de découvrir la maquette du Manta, premier bateau hauturier capable de collecter en masse les déchets océanographiques.

Le projet est porté par le navigateur – aventurier Yvan Bourgnon, parrains de ces Nautiques 2018.



Mise à l’eau en 2022 ?
Le marin a été confronté d’une façon brutale à la pollution des océans, durant la Transat Jacques Vabre en 2015, un choc avec un container l’ayant obligé à abandonner la course.

Dès lors, le skipper a mis le cap sur un nouveau défi : créer un bateau collecteur de déchets sur l’océan naviguant en grande partie en énergie propre (éolien et solaire). Actuellement, chaque année, 9 millions de tonnes de plastiques sont déversées dans l’océan, soit 300 kg à la seconde.

Créée en septembre 2016, l’association The Sea Cleaners, présidée par Yvan Bourgnon, vise donc à lutter contre cette pollution des mers. L’objectif est de créer un navire inédit à la pointe de l’innovation.

Après un an et demi d’études de faisabilité et de recherche de financements, la maquette du Manta vient d’être dévoilée. Par la suite, Yvan Bourgnon et ses troupes choisiront le chantier naval (sûrement français) en 2019.

La construction du bateau débuterait en 2020 et sa mise à l’eau pourrait intervenir en 2022. À moyen terme, il est envisagé de construire une flottille d’une centaine de bateaux pouvant collecter en mer les déchets plastiques.


Un bateau de la taille d’un terrain de foot
Avec un coût estimé aujourd’hui à 25 millions d’euros, le Manta pèsera 25 000 tonnes et pourra héberger 36 personnes. Il aura la taille d’un terrain de foot : 70 mètres de long, 49 mètres de large, 62 mètres de haut. Ce sera le plus grand multicoque au monde.

Il naviguera grâce à l’électricité produite par deux éoliennes de 58 m de haut (pouvant produire 500 KW/h) et par le solaire (2 000 m2 de panneaux solaires sur le bateau). Yvan Bourgnon :

Quand on ramasse des déchets, on a besoin d’une vitesse constante. Ce qui est impossible avec la voile. Par contre, pour changer de zone, la voile (3 000 m2 de voile prévus) sera notre moyen de navigation.

Actuellement le quart du Manta est financé par 7 500 donateurs et 30 mécènes. Pour aider financièrement l’association, il suffit d’aller sur le site theseacleaners.org

Les déchets plastiques arrivent des dix plus grands fleuves du monde. « Il suffit de se poster à leur sortie », note Yvan Bourgnon. Les océans les plus pollués sont situés en Asie du Sud-Est, en Amazonie, au Nigeria et à l’est de la Méditerranée. « 50 % des plastiques en mer sont recyclables, les autres 50 % non récupérables à cause de leur présence trop longue en mer, seront fondus à terre dans des containers à pyrolyse et transformés en gasoil. Ces outils seront mis à la disposition des populations. Ainsi on fera de l’éducation et de la sensibilisation auprès de ces pays qui polluent le plus en mer. On ne va pas s’arrêter à la collecte », conclut Yvan Bourgnon.

Utile : exposition « Mer et littoral » avec six présentations rassemblant plus de 100 panneaux et photos : « Le CNRS aux pôles », « Le CNRS explore les océans », « Océan et climat » (Institut recherche et développement -IRD-), « Lengguru, un monde perdu » (IRD), « Fragile Méditerranée » (Institut océanographique Paul-Ricard) et le projet The Sea cleaners d’Yvan Bourgnon. Jusqu’à ce dimanche 3 juin, de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 19 h, salle Marcel Baudry, rue du Maréchal-Joffre. Gratuit. Contacts : 06 38 15 64 71, helia44@orange.fr

A lire aussi : Yvan Bourgnon, seul dans l’Arctique pendant 70 jours sur un catamaran



 
Document sans titre